Le concept d’Umwelt

Ce concept a été inventé par Jacob Von Uexküll, biologiste et philosophe allemand. L’umwelt désigne l’environnement sensoriel propre à une espèce ou à un individu; cette notion peut se traduire en français par la notion de « monde propre ».

 

Concrètement, en quoi cela consiste-t-il ?

Chacun d’entre nous, Homme/ Animal, a sa propre vision du monde. Cette vision dépend de l’espèce à laquelle on appartient (équipement sensoriel différent d’une espèce à une autre) mais aussi de notre propre histoire et de nos expériences passées. Comprendre comment l’animal perçoit son environnement nous permet de mieux appréhender et de mieux comprendre ses comportements et ses réactions face à une situation donnée.

 

Quelques exemples de différences de perception sensorielle entre l’humain, le chat et le chien :  

CHEZ LE CHAT :

  • L’odorat : Le chat a un odorat environ 50 fois plus performant que l’être humain. Comme chez le chien, le chat dispose d’un organe voméro-nasal qui lui permet de détecter et d’analyser les phéromones émises par ses congénères.
  • L’ouïe : le spectre auditif du chat est l’un des plus développés du règne animal. Le chat est particulièrement sensible aux hautes fréquences ce qui lui permet entre autres de détecter les ultrasons émis par les rongeurs.
  •  La vue : Le chat possède derrière la rétine une couche de cellules réfléchissantes qui lui permettent de multiplier son acuité visuelle dans l’obscurité. A noter cependant que malgré quelques idées reçues, le chat NE VOIT PAS lorsqu’il est plongé dans une obscurité totale. De plus  le chat est dichromate c’est-à-dire qu’il voit surtout le bleu, un peu le vert mais pas du tout le rouge. Le chat est particulièrement sensible aux mouvements : il peut ne pas voir une proie immobile mais il va finir par la détecter grâce à son odorat.
  • Le goût : il est moins bien développé que chez l’homme ; ainsi c’est l’odorat du chat et non pas le goût qui va lui permettre de détecter de la nourriture empoisonnée ou avariée.
  • Le toucher : Le chat possède des poils sensoriels appelés vibrisses : ils se situent au niveau des moustaches mais aussi au niveau des pattes, sous le menton et au niveau des sourcils; les vibrisses permettent au chat d’appréhender la proximité d’obstacles même dans l’obscurité et de détecter les moindres variations de pression de l’air induites par exemple par la respiration d’une proie.

 

CHEZ LE CHIEN :

  • L’odorat : le chien est un animal macrosmate c’est-à-dire qu’il dispose d’un odorat extrêmement développé bien plus que l’être humain ! Il est capable entre autres de détecter et d’analyser grâce à son organe voméro-nasal les phéromones émises à plusieurs kilomètres par ses congénères.
  • L’ouïe : le chien se distingue de l’humain au niveau de la perception des fréquences aigües : tandis que l’homme peut percevoir des sons allant jusqu’à 25 000 Hz, le chien quant à lui peut entendre les sons jusqu’à environ 45 000 Hz (ce sont les ultrasons)
  • La vue : Le chien a gardé quelques caractéristiques de son ancêtre Loup (grand prédateur) : il voit mieux que l’humain dans des environnements avec des  luminosités faibles, il est très sensible aux mouvements et peu sensible par contre au détail des objets qui l’entourent. De plus, le chien a une vision de type périphérique : son champ visuel s’étend sur 250° contre 180 ° chez l’homme. N’oublions pas également  le critère de taille du chien qui impacte fortement sa perception du monde !